/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

VH3 Gestion de projets

14 oct. 2011 10h35 – 11h50

Salle: Edelweiss B

Présidée par Samuel Bassetto

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    10h35 - 11h00

    Management des risques projet : un moyen pour gérer les incertitudes liées aux projets d’innovation

    • Kévin Ledru, Arts et Metiers ParisTech
    • Nicolas Maranzana, prés., Arts et Metiers ParisTech

    Les projets d’innovation et plus particulièrement la conception de produits innovants peuvent être considérés
    comme un processus complexe que l’on n’arrive pas à maitriser dans sa totalité. Il semble donc indispensable de tenir
    compte des risques liés à ces incertitudes (technologiques, financières, juridiques, etc.). Le management des risques se
    présente donc comme un des moyens pour gérer ces projets d’innovation.
    Cet article s’appuie sur des expérimentations effectuées au sein d’un centre R&D d’un grand groupe spécialisé dans la
    conception de produits pour le bâtiment. Le projet porte sur la conception d’un procédé de fabrication innovant pour un
    produit d’innovation de rupture. Les conceptions du produit et du procédé sont deux projets distincts mais les risques sont
    intrinsèquement liés ; les étudier indépendamment semble donc être une source de risque supplémentaire quant à la nondétection
    de certains risques. Les enjeux consistent à savoir si le management des risques projet doit être effectué sur le
    produit dans sa globalité, sur chacune des étapes de son cycle de vie (plus particulièrement sur la conception du procédé
    de fabrication et la conception du produit) ou encore sur les relations entre ces différents étapes de conception (procédé,
    produit, emballage, etc.). Nous focaliserons notre étude sur l’étape d’identification des risques afin de fournir une
    première réponse.
    Abstract - Innovation

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    11h00 - 11h25

    Processus d’accélération de projets sous contraintes de ressources avec modes de chevauchement

    • Lucas Grèze, prés., Ecole Polytechnique de Montréal
    • Robert Pellerin, École Polytechnique de Montréal
    • Patrice Leclaire, Institut Supérieur de Mécanique de Paris

    Le chevauchement d’activités est une pratique courante pour accélérer l’exécution de projets. Cette technique consiste à exécuter en parallèle deux activités, normalement séquentielles, en autorisant l’activité en aval à commencer avec des informations préliminaires. Dans la pratique, le chevauchement est étudié en prenant compte les contraintes de ressources, mais ne prend pas toujours en compte les interactions entre activités, qui peuvent entraîner des retouches et des augmentations de coût. À l’opposé, la littérature scientifique comporte beaucoup d’études sur les interactions qui ne prennent pas en compte les contraintes de ressources. Dans ce papier, nous proposons un processus d’accélération de projet sous contrainte de ressources à l’aide du chevauchement d’activités. Le processus propose l’identification des couples d’activités chevauchables, l’évaluation des paramètres de chevauchement, jusqu’à l’ordonnancement du projet. Nous considérons ici deux techniques d’ordonnancement, soit un modèle de programmation linéaire et un modèle heuristique. Ces deux approches ont été testées sur neuf instances de projets pour illustrer et quantifier les gains obtenus. Les résultats obtenus illustrent l’efficacité du chevauchement en tant que technique d’accélération de projet. Nous présenterons aussi les limites d’une méthode de résolution exacte pour une approche industrielle et l’efficacité des méthodes heuristiques.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    11h25 - 11h50

    Gestion de projets internationaux : prise de décision cognitive et émotionnelle

    • Philippe Lassoeur, ETS
    • Orisay Lameda, ETS
    • Juana Rueda, ETS
    • Mickael Gardoni, prés., ETS/INSA

    Les projets internationaux confrontent des acteurs d’origines sociales, universitaires et culturelles différentes. Jusque dans les années 1990, on abordait le sujet de la prise de décision comme un processus rationnel. Aujourd’hui le temps joue un rôle de plus en plus important et le processus de la prise de décision stratégique, rapide et effective doit donc prendre en considération les facteurs liés aux émotions et aux cognitions. L’influence de ces facteurs est incontestable et devrait alimenter de nombreuses méthodes de gestion courante. Cette étude présente une synthèse des nombreux facteurs émotionnels et cognitifs qui sont considérés comme essentiels dans ce processus, révèle l’influence des émotions par rapport à celle des cognitions et se focalise sur l’analyse de deux d’entre eux : l'intuition et la sensibilité culturelle. Enfin, elle présente un modèle mathématique existant permettant d’évaluer l’impact de certains facteurs dans le processus de prise de décision avant de proposer un moyen d’atténuer leur influence.

Retour