/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

VG2 Session spéciale : Ingénierie et conception pour l'environnement (1)

14 oct. 2011 09h00 – 10h15

Salle: Edelweiss A

Présidée par Emmanuel Caillaud

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h00 - 09h25

    Application des réseaux bayésiens à la gestion des ressources naturelles : Cas des ressources halieutiques

    • Aomar Ibourk, prés., Université Cadi Ayyad
    • Abdeslam Boudhar, Université Cadi Ayyad
    • Abdelmajid El Cohen, Université Cadi Ayyad
    • Belaid Bouikhalen, Université Sultan Moulay Slimane

    L’approche par les réseaux bayésiens constitue l’une des principales approches de modélisation utilisées pour l’appui à la prise de décision. Pour certaines applications, les réseaux bayésiens sont préférables à d’autres modèles (Réseaux de neurones, Modèles multi-agents, Modèles d’optimisation, Modèles macro-économétriques…etc.). Les réseaux bayésiens sont, par ailleurs, le plus souvent utilisés parallèlement à d’autres modèles d’aide à la décision.
    Bien que le nombre et les domaines d’applications des réseaux bayésiens sont encore limités du fait de la jeunesse de cette méthode, l’utilisation pratique des réseaux bayésiens est très large notamment dans le domaine de l’analyse des risques, les diagnostics médicaux, la gestion des ressources naturelles…etc.
    Cette communication a pour objectif l’utilisation des réseaux bayésiens dans le domaine des ressources naturelles. Elle a pour ambition de créer et d’appliquer les réseaux bayésiens à la gestion des ressources naturelles dans la pêcherie céphalopodière au Maroc.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h25 - 09h50

    Société Durable et PSS

    • Daniel Brissaud, prés., G-SCOP
    • Alan Lelah, G-SCOP

    Les Produit Service Systèmes (PSS) sont réputés pour leur capacité à favoriser le développement durable. Cependant, peu de cas d’étude ont essayé de confronter les projections théoriques avec des cas du terrain. Ce papier se partage en deux. D’abord il développe les compréhensions sur la durabilité des PSS exprimées dans la littérature. Pour
    une société dématérialisée les enjeux sont de nature économique, technique, sociale et environnementale. La notion de cycle de vie est fondamentale pour éviter les transferts d’impacts entre phases. Dans le domaine de services, la phase d’usage prend un aspect privilégié. Les PSS doivent faciliter l’introduction de techniques de remanufacturing et de
    réutilisation pour aller vers des cycles de production à boucle fermée. Ensuite le papier analyse les aspects environnementaux de solutions proposées par un opérateur multiservices de la location et l’entretien de linge. Il montre comment les solutions PSS initiales sont déterminées en termes économiques pour profiter des effets de volume et de
    professionnalisation. Puis il devient possible d’améliorer les gains environnementaux avec une démarche complète d’écoconception. Au final, le scénario location et entretien d’un système industriel optimisé conduit à l’amélioration environnementale des produits.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h50 - 10h15

    Impact de décisions logistiques sur la qualité environnementale des produits

    • Imen Nouira, prés., Université de Grenoble
    • Yannick Frein, Laboratoire G-SCOP
    • Atidel B.Hadj-Alouane, Laboratoire OASIS

    Dans ce papier nous présentons un modèle mathématique qui illustre l’impact d’activités logistiques sur la qualité environnementale des produits à fabriquer en maximisant les profits de l’entreprise sous plusieurs contraintes telles que celles reliées aux législations environnementales. La qualité environnementale des produits est déterminée par leurs caractéristiques intrinsèques (nature des composants verts ou traditionnels) et d’autres caractéristiques qui ne sont pas liés au produit lui même mais plutôt à l’impact des activités de la chaîne logistique (les émissions polluantes du procédé de fabrication).

Retour