/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

VG3 Session spéciale : Conception étendue (3)

14 oct. 2011 09h00 – 10h15

Salle: Edelweiss B

Présidée par Thierry Coudert

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h00 - 09h25

    Développement de nouveaux produits par l’implantation d’un Living Lab et de processus de gestion des connaissances

    • Simon Desrosiers, École de technologie supérieure
    • Jimmy Malkoun, École de technologie supérieure
    • Mickael Gardoni, prés., ETS/INSA

    L’implantation de Living Lab dans le processus de développement de nouveaux produits (DNP) est une
    approche grandissante notamment en Europe avec la création de European Network of Living Lab (ENoLL) qui compte
    maintenant près de 275 Living Labs. Cette méthode innovante, dite User-Driven, consiste à impliquer l’utilisateur final à
    toutes les étapes du DNP et des tests dans son environnement afin que les produits répondent à ses besoins réels. Cet
    article couvre l’approche et la méthodologie d’implantation d’un Living Lab au sein d’une entreprise, ainsi que le
    processus de gestion des connaissances appliqué lors des phases en cours de l’implantation. L’approche prend en
    considération les caractéristiques des quatre piliers d’un Living Lab ainsi que la mise en place de la première étape du
    processus de gestion des connaissances par l’ingénieur des connaissances et la capitalisation des connaissances. Dans cette
    optique, le concept du Living Lab évolue par rapport aux connaissances détenues par l’équipe développant le DNP tout en
    tenant compte du besoin de l’utilisateur final. L’article propose également une approche de capitalisation des
    connaissances permettant d’une part à l’équipe de développement d’évaluer son capital intellectuel et d’autre part de le
    valoriser à travers une approche DNP.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h25 - 09h50

    La modélisation figurative du travail collectif comme outil de développement du travail d’équipe

    • François Ciekanski, prés., INSA
    • Michel Sonntag, INSA
    • David Oget, INSA

    Comment se représenter le travail collectif et évaluer l’impact de cette représentation sur le travail d’équipe lui-même ? C’est à cette question que la présente communication s’efforce d’apporter sa contribution. Elle résume un travail de recherche portant sur la représentation sous forme d’arbre de connaissance du travail d’équipe et évalue l’impact de cette mise en visibilité. L’étude empirique porte sur les équipes de direction de trois entreprises. Nous avons d’abord identifié les activités clefs d’un comité de direction et traduit ensuite les niveaux d’engagement des membres des équipes de direction dans ces activités ainsi que le nombre d’activités partagées par eux sous forme d’arbre de connaissances à l’aide des logiciels logiciel See-K® et Talent Explorer®. Ces représentations figuratives ont été présentées aux membres des équipes de direction individuellement et collectivement et les réactions ont été analysées. Il se dégage des commentaires que la représentation figurative du travail d’équipe ne constitue pas en soi une opportunité de prise de conscience du travail d’équipe mais que c’est en permettant, à l’aide d’indices, aux acteurs de se situer les uns par rapport aux autres et par rapport aux activités partagées que l’arbre de connaissances® contribue au développement de la collaboration et de l’activité collective.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h50 - 10h15

    Une méthodologie de conception pour la fabrication additive

    • Hugo Rodrigue, prés., École Polytechnique de Montréal
    • Mickael Rivette, École polytechnique de Montréal
    • Victor Calatoru, École Polytechnique de Montréal
    • Simon Richir, Arts et Métiers ParisTech

    Les méthodologies de Design for Assembly et de Design for Manufacturing visent à rendre les produits plus faciles à fabriquer et à assembler en se basant sur les caractéristiques des procédés actuels de fabrication, toutefois ces caractéristiques ne s’appliquent plus lorsqu’on prend en compte les nouvelles capacités de la Fabrication Additive. Cet article décrit une méthodologie de conception pour la Fabrication Additive qui guide l’utilisateur vers l’optimisation d’un produit en utilisant les capacités de ces nouveaux procédés de fabrication. La méthodologie proposée est ensuite appliquée à un assemblage mécanique.

Retour