/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

JF2 Session spéciale : Personnalisation de masse (1)

13 oct. 2011 14h50 – 16h30

Salle: Edelweiss A

Présidée par Bernard Penz

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    14h50 - 15h15

    Caractéristique des assembliers automobile en Chine

    • Wang Ningbing, École Polytechnique Montréal
    • Pierre Baptiste, prés., Polytechnique Montréal

    Avec « the machine that changed the world », Womack et son équipe du MIT [Womack 1991] analysaient au début des années 90 le phénomène japonais dans l’industrie automobile. Ces deux dernières années, la Chine est devenue simultanément le premier marché et le premier producteur d’automobile. Une question fondamentale est de savoir s’il s’agit seulement d’un déplacement d’entreprises, ou si on vit l’émergence d’un nouveau modèle de production. La visite de 4 entreprises automobiles chinoises, tant locale qu’européenne, japonaise et européenne montre qu’il y a une grande variabilité de modèles qui coexistent en Chine et qu’il serait sans doute prématuré de parler de modèle de production nouveau. Les entreprises étrangères semblent installer en Chine des usines à très haut taux d’automatisation, assez conventionnelles par rapport aux modèles classiques, alors que les entreprises locales restent beaucoup plus utilisatrices de main d’oeuvre.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    15h15 - 15h40

    Approche DFA et conception fonctionnelle de produits modulaires : le modèle FARD

    • Aurélie Robert, prés., Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
    • Karine Deschinkel, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
    • Sébastien Roth, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard
    • Xiu Tian Yan, University of Strathclyde
    • Samuel Gomes, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

    Cet article présente notre démarche de conception fonctionnelle de produits modulaires intégrant, dès les phases amont du processus de conception, les contraintes liées au métier de l’assemblage, à travers un modèle méthodologique baptisé FARD (Functional And Robust Design method). Le modèle FARD s’inscrit dans une démarche plus globale de conception routinière et hautement productive de systèmes mécaniques, qui s’appuie sur les connaissances et savoir-faire métier produit-process, et en particulier sur les contraintes liées au métier de l’assemblage, à travers la génération semi-automatique de séquences d’assemblage admissibles dès les phases amont de la conception. Cette démarche s’inscrit dans un contexte économique fortement concurrentiel, où la personnalisation de masse, la conception par plates-formes autour d’architecture produit-process prédéfinies et la conception fonctionnelle et modulaire à base de connaissances métier, représentent des axes stratégiques pour les entreprises qui veulent rester compétitives. Pour ce faire, nous proposons un nouvel algorithme de génération des séquences d’assemblage prenant en compte la structure modulaire d’un produit, calquée sur la décomposition fonctionnelle du besoin client. Suite à un état de l’art et à une description des différentes étapes de notre démarche, un cas d’application est présenté : le module vanne d’un marteau burineur pneumatique.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    15h40 - 16h05

    Extension des méthodes DFM pour l'industrialisation de produits microélectroniques

    • Muhammad Kashif Shahzad, G-SCOP / ST Microelectronics
    • Michel Tollenaere, prés., G-SCOP
    • Stéphane Hubac, ST Microelectronics
    • Ali Siadat, École Nationale Supérieure d'Arts et Métiers

    L'industrie des semi-conducteurs (SMI) est caractérisée par de rapides évolutions sur une courte période de temps. Pour maîtriser
    les temps de développement (Time to Market) et les montées en cadence (Time-to-Volume), le DFM (Design for Manufacturing)
    a été intégré dès 1980 dans les outils de conception en tant que stratégie d'atteinte des objectifs de rendement. DFM est ainsi
    devenu un standard industriel pour estimer le rendement et la fabricabilité dès la conception. Cet article propose une
    méthodologie DFM pour inclure les résultats des mesures géométriques en corrélation avec les résultats des tests électriques,
    capturant les capabilités process liées aux performances des produits. L'étude de cas sur la modélisation d'interconnexion est
    réalisée chez un industriel de haut rang et une méthodologie destinée à aligner rapidement les modèles sur la cible des
    spécifications est proposée. Le BPR (business process reengineering) et IDEF0 sont utilisés pour définir les workflows qui
    accompagne la méthodologie proposée ; un modèle de données est ainsi mis en oeuvre via un outil destiné aux ingénieurs R&D.

Retour