/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

MB1 Session spéciale : Ingénierie système appliquée aux systèmes de transport intelligent

12 oct. 2011 10h35 – 12h00

Salle: Chamonix B

Présidée par Dominique Breuil

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    10h35 - 11h00

    Analogies entre réseau Internet et réseaux de prestations logistiques

    • Rochdi Sarraj, prés., Mines ParisTech
    • Eric Ballot, Mines ParisTech

    Dans le cadre de la proposition d’une nouvelle organisation de la logistique, nommée Internet Physique, cette contribution vise à préciser ce que peuvent être les analogies et les transpositions possibles entre les réseaux logistiques et les réseaux informatiques notamment en terme de routage. En effet, dans les deux cas il s’agit de réseaux et il existe des similitudes frappantes dans les concepts employés et les méthodes de conception mais aussi des différences fondamentales dans la nature des objets qui empêchent une transposition intégrale. Nous montrerons donc dans cet article quelles transpositions peuvent êtres faites et quelles perspectives elles montrent pour l’organisation des réseaux logistiques.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    11h00 - 11h25

    Impact de la technologie RFID sur le management des chaînes logistiques : une revue de littérature

    • Selma Afakh Khader, INSA-Lyon
    • Valerie Botta-Genoulaz, INSA-LYON
    • Yacine Rekik, EMLYON Business School
    • Jean-Pierre Campagne, prés., INSA-Lyon

    Cet article présente un état de l’art des publications scientifiques étudiant l’impact de la technologie RFID sur le management des chaînes logistiques. Pour ce faire, nous proposons une classification des articles selon deux critères différents. Le premier critère de classification concerne la nature de chaque contribution. Nous distinguons les articles descriptifs, les articles proposant des démarches de mise en œuvre de la technologie, les articles proposant des méthodes d’optimisation ou d’analyse des performances, les études de cas, et enfin les revues de littérature. Le deuxième critère est basé sur les types de processus impactés par la technologie RFID ; nous utilisons le modèle SCOR (Supply Chain Operations Reference Model) comme référence dans cette dernière classification. L’objectif de notre contribution est double : permettre une meilleure visibilité des contributions scientifiques traitant l’impact de la technologie RFID, et déduire le potentiel de recherche future dans le domaine.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    11h25 - 11h50

    Interopérabilité des organisations. Application pour une mobilité multimodale

    • Ioana Deniaud, prés., Université de Strasbourg
    • Stéphanie Quiguer, Université Rennes 2
    • Dominique Breuil, AFIS
    • Pierre Le Maguet, AFIS
    • Jean Lecourt, AFIS
    • Claude Pourcel, LGIPM - ENIM
    • Jean-René Ruault, AFIS

    L’interopérabilité est un point essentiel à traiter lorsque des systèmes différents sont amenés à opérer ensemble, à interagir. Lorsqu’il s’agit de systèmes techniques, les dimensions de l’interopérabilité à prendre en compte sont connues et le plus souvent objets d’une normalisation. Pour les systèmes d’information des entreprises, là-encore, des normes existent et sont mises en œuvre, permettant, entre autres, le commerce électronique. En revanche, lorsqu’il s’agit de systèmes sociotechniques, les dimensions à prendre en compte ne relèvent pas seulement des domaines techniques objets de la normalisation. Cet article vise à identifier ces différentes dimensions à prendre en compte, en s’appuyant sur une étude de cas dans le domaine des Systèmes de Transport Intelligents. Nous présentons une étude de cas qui pose des problèmes significatifs liés à l’interopérabilité des systèmes. Nous analysons ensuite cette étude de cas au regard de sept dimensions que nous avons identifiées comme étant pertinentes pour traiter l’interopérabilité des organisations : opérationnelle, service, économique, financière, technique, organisationnelle et cognitive. Enfin nous proposons une démarche pour formaliser les évolutions d’activités nécessaires à la mise en œuvre des résultats de cette analyse.

Retour