/system/images/000/000/170/En-tete_default.png/system/images/000/000/169/Poly_default.png

CIGI2011

St-Sauveur, Québec, 11 — 14 octobre 2011

Horaire Auteurs Mon horaire
Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402

MA5 Session spéciale : Conception étendue (1)

12 oct. 2011 09h00 – 10h15

Salle: Matterhorn A

Présidée par Elise Vareilles

3 présentations

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h00 - 09h25

    Modélisation pour l’étude de l’interopérabilité d’entreprise en conception de produits

    • Guillaume Vicien, ESTIA
    • Christophe Merlo, prés., ESTIA

    Cet article traite de la modélisation d’entreprises pour l’étude de l’interopérabilité en conception de produits. De nos jours, de nombreuses entreprises de conception de produits sont emmenées à développer de nombreuses collaborations avec différents partenaires. Cela entraine une complexification et une augmentation des informations échangées entre les partenaires. On constate alors l’apparition de problèmes d’interopérabilité qui peuvent venir perturber ces échanges d’informations. Dans cet article nous nous appuyons sur les travaux de recherche en
    interopérabilité menés dans le cadre du projet ISTA3 (Interopérabilité de 3e génération pour la Sous-Traitance Aéronautique). Nous décrivons dans un premier temps les outils de modélisation utilisés dans le cadre de ce projet pour étudier l’interopérabilité de sous-traitants aéronautiques en situation de collaboration et nous montrons leur mise en œuvre à travers le cas d’une entreprise de fabrication de pièces en composite. Nous considérons ensuite les entreprises de conception – fabrication de produits propres pour proposer une évolution de ces outils de modélisation dans la perspective d'adapter les méthodologies de résolution de problèmes d'interopérabilité des entreprises de production aux entreprises de conception. Nous nous appuyons sur un second cas d’étude pour faire un retour d’expériences de ces travaux.

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h25 - 09h50

    De l’image ou du mot, quel outil d’aide à la créativité ?

    • Pascal Alberti, prés., Université de technologie de Compiègne
    • Mustapha Mouloua, University of Central Florida

    Les entreprises sont confrontées à des marchés complexes et compétitifs. Les dynamiques de marché se
    fluidifient, exigeant des sociétés d’apporter des réponses concurrentielles, formelles et technologiques à une allure inédite.
    Pour répondre à cela, les entreprises doivent s’appuyer sur les capacités cognitives des acteurs de la créativité afin
    d’émettre des réponses tangibles à un problème contextuel. Il semble dès lors opportun d’instrumenter cette étape
    particulière. Différentes méthodes et outils peuvent répondre à cette attente.
    Nous menons depuis quelques années des expérimentations sur l’usage de la carte mentale (mind mapping) dans le cadre
    de projet d’innovation avec différentes équipes de nationalités différentes.
    Après avoir présenté les principales recherches sur cette thématique, nous exposerons le début d’une étude basée sur
    l’usage de la carte mentale à base de mots et sur la carte mentale constituée de photographies en tant qu’outil d’aide à la
    créativité.
    Enfin nous conclurons par une mise en perspective de nos travaux

  • Cal add eabad1550a3cf3ed9646c36511a21a854fcb401e3247c61aefa77286b00fe402
    09h50 - 10h15

    La méthode I²I « pour l’utilité » : fondements et application à la conception d’une application de réalité virtuelle

    • Emilie Loup-Escande, prés., Arts et Métiers ParisTech
    • Jean-Marie Burkhardt, Université Paris Descartes
    • Hervé Christofol, Arts et Métiers ParisTech
    • Olivier Christmann, Arts et Métiers Paris Tech
    • Simon Richir, Arts et Métiers ParisTech

    Dans cet article, il est question de décrire une méthode de conception d’artefacts issus des technologies émergentes telle la réalité virtuelle. Partant du constat que la phase d’identification des besoins n’est pas très détaillée dans les méthodes de l’ingénierie comparativement aux phases de réalisation technique, nous proposons d’améliorer une méthode d’ingénierie de conception de systèmes de réalité virtuelle : la méthode I²I. Concrètement, nous ajoutons sept étapes à la méthode I²I initiale afin de mieux prendre en compte l’utilisateur dans la conception de systèmes innovants. Ces étapes proposées sur la base de la littérature ont été mises en oeuvre et validées dans le cadre de la conception d’Appli-Viz’3D qui est une application de réalité virtuelle pour l’aide à la conception et à la vente de produits de puériculture. Nous concluons sur les apports et les limites de la méthode proposée, ainsi que sur les perspectives de recherche qui en découlent.

Retour